VPM Aselo au Haut Commissaire du UNHCR : « Nous acceptons nos réfugiés ? Qu’ils aient aussi la même attitude »

Bruxelles, le 7 octobre 2021

Par Cheik FITA

Retranscription : Patrick Ntumba

Le Vice-premier ministre congolais et ministre de l’intérieur Aselo Okito l’avait dit d’une façon diplomatique, lors de l’assemblée plénière de la soixante-douzième session du Comité Exécutif du Programme du Haut-commissariat  des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR),  il l’a répété d’une façon ferme et directe lors de la rencontre bilatérale entre la délégation congolaise et celle du Haut Commissaire du HCR :

« … Nous avons souhaité que la même attitude que nous , qui est de pouvoir recevoir les nôtres, que nos pays frères, voisins aient la même attitude de pouvoir , vouloir accepter les leurs pour qu’ils puissent rentrer parce que nous sommes d’accord qu’on ne peut pas forcer des gens à pouvoir rentrer lorsqu’ils savent qu’il y a un danger…  Le Congo en est très conscient mais si nous pouvons développer le même sentiment et les Congolais et les autres pour que chacun reçoive ses ressortissants ».

Et le Haut Commissaire de répondre :

« Je pense que votre souhait d’ailleurs un souhait que le Président de la République Chef de l’Etat nous a réitéré quand nous l’avons vu à Kinshasa que les gens puissent rentrer chez eux en sécurité en paix volontairement bien sûr et c’était notre noble souhait , je pense que la manière la plus efficace vous l’avez dit vous même , projet un éventuelle rapatriement c’est d’établir des accords tripartites avec les pays qui vous intéressent et avec lesquels vous n’avez pas encore cet accord vous avez déjà des accords tripartites mais pas peut être même plus donc nous on est à votre disposition ça on va vous suivre si vous pensez que je vous donne un exemple …»

Et le Haut Commissaire de poursuivre :

« Donc nous on peut mobiliser plus facilement des ressources s’il y’a un cadre organisé et nous on peut déployer nos ressources plus facilement dans ce cadre là donc vous l’avez dit dans votre discours l’établissement de l’accord tripartite et nous sommes tout à fait à disposition pour travailler à ça et d’ailleurs vous savez après avoir quitté Kin,  j’étais à Goma et puis je suis passé au Rwanda je suis allé à Kigali j’ai vu le Président Kagame et je lui ai dit que c’était important parce qu’il y a certainement des réfugiés Congolais au Rwanda qui veulent rentrer c’est dans le Kivu essentiellement et je pense que la question des réfugiés Rwandais au Congo est compliquée on le sait parce que c’est des anciens…On a en faite , fait une  clause de cessation depuis longtemps mais on continue de… S’il y’a des gens qui rentre on peut toujours le faire rentrer donc vous savez , et le Burundi vous avez la même chose vous avez des réfugiés Congolais au Burundi et vous avez des réfugiés Burundais dans le sud Kivu tout ce mouvement croisé alors je dit vraiment à Kagame il est important au président Kagame il est important de réactiver ces discussions tripartites pour régler tout ça et je lui ai conseillé de contacter directement et se voir souvent entre chefs d’Etat »

Il n’est pas nécessaire de se voiler la face : l’arrivée au pouvoir de Paul Kagame au Rwanda a été la cause principale de l’entrée en RD Congo de millions de réfugiés dont le plus grand n’a jamais voulu rentrer dans leur pays. Kagame étant la cause, Kagame doit être la solution. Et cela, le Vice-Premier Ministre congolais et ministre de l’intérieur l’a clairement dit au Haut Commissaire… Cela y va de la paix dans la région.

CATEGORIES
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )